Voici pourquoi les sucriers africains boivent la tasse

  • Source: : Seneweb.com | Le 12 avril, 2018 à 23:04:53 | Lu 2819 fois | 11 Commentaires
content_image

Voici pourquoi les sucriers africains boivent la tasse

De septembre 2016 à aujourd'hui, les cours du sucre brut à la bourse de Londres ont perdu plus de 43% à 342 dollars, un niveau qui n'a été atteint que deux fois en 10 ans. Les sucriers africains connaissent une année 2018 bien salée.

Début avril, au Cameroun, la Société sucrière du Cameroun diffuse un communiqué alarmant sur la menace qui pèse sur son exploitation à cause de la contrebande et du détournement du sucre industriel. Quelques jours plus tard, c'est au tour de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) de tirer la sonnette d'alarme en évoquant des quantités importantes de sucre invendues à cause des importations.

Pratiquement, partout sur le continent, les producteurs de sucre sont confrontés au même souci de mévente de leur production du fait des importations, souvent faites de manière illégale, mais non moins massives. Une situation qui s'explique la forte baisse des cours du sucre depuis octobre 2016.

En effet, le prix de "l'or blanc" a pratiquement été divisé par deux en 18 mois. De 612 dollars la tonne de sucre brut à Londres en septembre 2016, le cours est passé à 345 dollars dans sa cotation du 10 avril, soit une baisse de 43,6%. Or cette baisse s'explique des productions record de pays comme le Brésil ou l'Australie qui écoulent leur surplus sur les marchés internationaux. Les européens aussi ont connu de bons niveaux de production ces deux dernières années. Résultat: il y a une certaine mévente qui contribue à tirer les prix vers le bas.

Il y a bien longtemps que ces prix n'ont pas atteint un niveau aussi bas.il faut remonter à août 2015 pour retrouver un cours de 332 dollars la tonne. Et au cours des dix dernières années, la barre des 340 dollars n'a été franchie qu'à deux reprises. C'est ce qui explique que les sucriers africains souffrent autant.

En principe, au Sénégal, l'Etat a toujours protégé la filière sucrière dont la CSS est l'unique industriel, mais qui emploie près de 10.000 personnes dont la moitié à temps plein. Actuellement, selon les leaders syndicaux qui craignent pour les emplois, il y aurait jusqu'à 80.000 tonnes de sucre dormant dans les hangars de la compagnie et ne trouvant pas preneurs. Ils accusent la contrebande et les importations illégales via le port de Dakar.

Au Cameroun, la Sosucam affirme que ses entrepôts seront bientôt pleins. Et une fois la capacité de stockage atteinte, la société menace d'arrêter sa production. Cette mise en garde vise à pousser les autorités camerounaises à prendre le problème au sérieux. 


Auteur: le360.ma - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (6)


Anonyme il y a 1 semaine (01:41 AM) 0 FansN°: 1
La canne peut aussi servir a la fabrication de l’éthanol....C'est ce que les raffineries du Brésil font en ce moment.

Donc faire peur aux gens parcequ'ona un invendu de sucre est une farce.

Ces Hommes d'affaires francias ne veulent jamais prendre de risque et ils n'aiment pas l concurrence.
Reply_author il y a 1 semaine (07:42 AM) 0 FansN°: 1
ce que je comprends bien ils veulent liquider les africains en leur vendant un sucre cher, et pourtant le cours du petrole est de loin tres bas. on devrait avoir un sucre beaucoup moins cher
Anonyme il y a 1 semaine (02:04 AM) 0 FansN°: 2
Importer le sucre et utiliser les terres pour autre chose ( riz ou autre). Si le sucre importe coûte 200 cfa moins cher, ce qui est conservateur, les économies faites permettront(20 milliards sur 100.000 tonnes), cela permettra à l état de payer les 10000 travailleurs soit leur salaires soit de très bon départs négociés.. et de financer autre chose. Ou sont nos économistes?
Anonyme il y a 1 semaine (02:04 AM) 0 FansN°: 3
Importer le sucre et utiliser les terres pour autre chose ( riz ou autre). Si le sucre importe coûte 200 cfa moins cher, ce qui est conservateur, les économies faites permettront(20 milliards sur 100.000 tonnes), cela permettra à l état de payer les 10000 travailleurs soit leur salaires soit de très bon départs négociés.. et de financer autre chose. Ou sont nos économistes?
Moctetou il y a 1 semaine (09:19 AM) 0 FansN°: 4
ce qui est étonnant est que le prix du sucre reste inchangé pour le ménages Sénégalais
Reply_author il y a 1 semaine (10:07 AM) 0 FansN°: 1
maki sale mo incompetent rek
Anonyme il y a 1 semaine (09:21 AM) 0 FansN°: 5
la CSS ne sert à rien. cette entreprise a ete soutenue par l Etat du Senegal depuis sa creation en contrepartie la CSS n a enrichi qu une personne MIMRAN. Elle a davantage contribué a l appauvrissement des masses. une entreprise qui veut se positionner en mm temps comme industrie en mm temps comme vulgaire commercant en important du sucre comme le font l uncaois.. si la CSS n est pas competitive elle n a k a disparaitre. les fonds publics ne devraient en aucun cas servir a enrichir des personnes privés c est du vol!
Anonyme il y a 1 semaine (09:38 AM) 0 FansN°: 6
TOUTE L INDUSTRIE .PETITE.MOYENNE OU GRANDE SONT À 100%.CONTRÔLER PAR DES ETRANGERS.

REVEILLE TOI.SÉNÉGAL

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com